Pratique pour lutter contre la dépression

La dépression est un « mal du siècle » corrélée à un mode de vie.

Bien que répondant à des critères précis, (échelle de dépression de Hamilton), il n’existe pas de « dépression » uniforme, mais une multitude d’aspects de ce trouble, allant de la fatigue, à la déprime ou dépression, ou mal être, en passant par les troubles de l’humeur ou le burn-out…

Il existe autant de « déprime » que de personne en souffrant.

Pour vous aider à vous libérer de la dépression :

I- Identifier les éléments et caractéristiques de la « déprime »

Les cinq points de la dépression sont :

  1. Baisse d’envie (atonie, fatigue),
  2. Baisse de plaisir (tristesse, douleur morale, baisse de l’estime de soi),
  3. Baisse de concentration (troubles de l’attention, de la mémoire) et des capacités cognitives,
  4. Baisse de contrôle émotionnel (pleurs, labilité émotionnelle, anxiété),
  5. Désynchronisation de ses rythmes (troubles du sommeil, hypersomnie), et retrait social.

Chaque signe est plus ou moins important, en rapport avec des neuromédiateurs qui peuvent être soit trop consommés face à un stress, soit insuffisamment fabriqués (par manque d’apport en nutriments).

Pour que ces neuromédiateurs agissent, il faut également ne pas manquer d’oméga 3 qui ont un rôle anti-inflammatoire et qui améliorent la « fluidité membranaire ».


II- Se poser les bonnes questions.

  1. Depuis quand ai-je ce trouble ? Fait-il suite à un événement particulier ?
  2. Est-ce que mon sommeil était perturbé avant l’apparition de ce trouble ?
  3. Y a-t-il eu des stress répétés et prolongés qui m’ont conduit à un surmenage puis une « dé-pression ».
  4. Existe-t-il des erreurs de biorythme à l’origine ?
  5. Evaluer les traitements pris et les dépendances – accoutumances aux produits utilisés.
  6. Evaluer sur une échelle de 0 à 10: le manque de désir, de plaisir, de concentration, de contrôle émotionnel, de désynchronisation dans le temps et le retrait social. Zéro absence du trouble, 10 le maximum du trouble imaginable.
  7. Qu’est-ce que je ressens ?
  8. Comment je vois les choses évoluer ?


III- Pratiquer les exercices du yoga favorable au traitement.

  1. Redonner l’envie de faire, faire des exercices à petite dose tous les jours: ne pas hésiter à aller dans un cours de groupe pour « s’obliger » et se faire coacher.
  2. Redonner du plaisir à son corps : insister sur la sensation agréable des exercices, favoriser l’ouverture, favoriser l’inspiration (cobra, ouverture des bras, redressement du dos…), ne pas se faire mal, redonner confiance et estime de soi (posture d’équilibre et de force).
  3. Apprendre à relâcher les tensions (détente, relaxation, posture en lâcher prise).
  4. Se concentrer sur une bougie le matin au réveil.
  5. Pratiquer les Pranayamas : tout simplement commencer par le plus simple : la respiration abdominale la plus lente possible en insistant sur l’expiration, puis progressivement en favorisant l’inspiration. Pratiquer Sitalli, Viloma.
  6. Faire des méditations sur le Roc, sur la Refuge, sur la sensation d’être en lien avec les autres. Observation des pensées, et des émotions pour ne pas s’y accrocher et les « relativiser » comme dans la MBCT (Mind Fulness Based Cognitiv Therapy).


IV- Appliquer les consignes suivantes :

(Comme pour les troubles du sommeil)

  1. Se réveiller à heure fixe, quoi qu’il advienne, de bonne heure, ne pas rester au lit à « ruminer ». Ne pas hésiter à faire une sieste, ne pas utiliser les ordinateurs et surtout pas internet avant de s’endormir, prendre une tisane relaxante avant le coucher, ne pas lire au lit. Ne pas avoir d’activité excitante le soir. Se rappeler que la nuit conditionne le jour et le jour conditionne la nuit.
  2. S’assurer de l’apport suffisant de protéines (viande, poisson, légumineuses, œufs) dans son alimentation tous les jours.
  3. S’assurer de l’apport de « bonnes huiles » tous les jours et réduire les huiles de type oméga 6 et saturées
  4. Ne pas consommer de sucres blancs
  5. Ne pas consommer de vin, ni d’alcool plus de 1 verre par jour pour les femmes et 2 verres par jour pour les hommes (ce n’est pas cumulatif, c’est-à-dire que l’on ne peut pas en prendre 7 à la fin de la semaine, si on a rien bu auparavant).


V- Appliquer les conseils micronutritionnels suivants pour relancer le fonctionnement du « cerveau » :

  1. En cas de nervosité : Neurobiane: deux gélules à 17 heures et deux gélules avant le coucher pendant un mois.
  2. En cas de désynchronisation dans les 24 heures ou de repli sur soi: Mélatonine : Circadin : prendre un comprimé à 21 heures tous les soirs ou en préparation magistrale ; mélatonine 3 mg.
  3. En cas de baisse d’énergie, de forme, de difficulté à démarrer: Dynabiane : prendre deux gélules le matin à jeun et 2 gélules à midi avant les repas pendant un mois à renouveler.
  4. Utiliser tous les matins pendant une demi-heure une lampe de luxthérapie durant toute la période de l’hiver.
  5. Et dans tous les cas : Omégabiane EPA 4 capsules par jour tous les jours.
  6. Ou une cuillère à soupe d’huile de colza tous les jours.
  7. Vit B (céréales complètes) tous les jours
  8. Fer en quantité suffisante (vérifier la ferritine qui doit être supérieure à 50). Oligobiane Fe Cu une gélule tous les jours.

En phytothérapie :

  1. Millepertuis
  2. Griffonia Alternifolia
  3. Safran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *